Les trois vagues de l’innovation pour améliorer la sécurité des soins

Capture d’écran 2016-08-22 à 22.45.25Après s’être concentré sur les progrès techniques et l’amélioration des processus de soins en les standardisant,  il est temps de se pencher sur la place du comportement humain (des soignants et des soignés) dans la sécurité des soins. Ce challenge a été relevé par les industries de haute fiabilité. Pourquoi pas en santé !

The Next Wave of Hospital Innovation to Make Patients Safer. Amir A. Ghaferi, Christopher G. Myers, Kathleen M. Sutcliffe,Peter J. Pronovost. The Next Wave of Hospital Innovation to Make Patients Safer. Harvard Business Review August 08, 2016

 

 

Les erreurs médicales, 3 ème cause de décès aux U.S.A.

Cet article est co-écrit par M A Makary et M D Daniel qui travaillent à l’université de médecine de Johns Hopkins. Ils proposent pour mieux progresser dans l’amélioration de la sécurité des soins de mieux dénombrer le nombre de décès imputables à des erreurs médicales. Leur analyse des données existantes les conduit à cette conclusion que les erreurs médicales sont la troisième cause de décès aux USA. Les auteurs proposent d’ajouter sur les certificats de décès une case évoquant l’erreur médicale comme cause de décès laissant cependant au déclarant la possibilité de se tromper quant aux causes réelles de décès. Néanmoins, prendre conscience de ses failles permet d’améliorer sa pratique et de se focaliser sur des axes d’amélioration (travail en équipe,…).

Medical error—the third leading cause of death in the US BMJ 2016; 353 doi: http://dx.doi.org/10.1136/bmj.i2139 (Published 03 May 2016)

La sécurité des patients n’est pas un luxe ! Peter J. Pronovost, MD, PhD, FCCM

Patient Safety is not a luxury - The Lancet - Vol 387 March 19, 2016
Patient Safety is not a luxury – The Lancet – Vol 387 March 19, 2016

Cet éditorial passionnant rédigé par Peter Pronovost et, publié dans The Lancet fait suite au sommet qui a eu lieu à Londres du 8 au 10 Mars 2016, et, qui portait sur les actions à mener afin d’améliorer la sécurité des patients.

L’une des principales conclusions est qu’il est difficile d’apprécier l’étendue d’un problème sans le mesurer. Il est donc essentiel d’encourager le partage d’expérience par les professionnels de soins afin d’en faire profiter le plus grand nombre.

Les autres piliers de cette sécurité des patients sont :

  • une approche systémique du problème (plutôt que de chercher le « vilain petit canard » responsable de l’incident)
  • le développement d’une culture de sécurité impliquant les patients
  • une meilleure connaissance des biais impliqués dans les processus de décisions